retour à l'Association de la Régie Théâtrale

Brigitte Brauner

Inventaire du Fonds Vladimir et Brigitte Brauner au format PDF

À propos de Brigitte Brauner

C’est à la Direction des affaires culturelles de la ville de Paris que j’ai rencontré Brigitte Brauner, au début de la mission qu’on m’avait confiée concernant le théâtre. Elle y était depuis peu de temps chargé de mission pour le cinéma et, après notre première rencontre, elle rejoignit le cabinet du maire, à l’hôtel de ville, où elle fonda le « Bureau Parisien du Film », chargé de gérer les tournages dans la capitale, et devint également conseiller technique chargé du cinéma. Elle y travailla une douzaine d’années et pendant cette décennie, son nom fut associé, les génériques en témoignent, à la réalisation de nombreux films.
D’un bureau à l’autre elle avait accroché au mur de magnifiques portraits d’acteurs signés de Thérèse Le Prat ( dont les livres, « Visages d’acteurs », pendant sa jeunesse étudiante, étaient l’objet d’une sorte de culte pour initiés… ), et sous le regard desquels elle aimait travailler.
Heureuse l’une et l’autre de l’émotion que nous procuraient ces photos, nous en vînmes à échanger sur nos expériences et goûts communs. J’appris ainsi qu’elle avait pratiqué le TNP et les scènes Parisiennes avec son mari Vladimir, passionné de théâtre également, et que de lui, décédé prématurément, et de sa mère, Colette Brauner, qui en avait été l'initiatrice dans les année 50, elle détenait une collection de photos, d’objets et d’affiches à laquelle elle était très attachée. Je lui parlai de l’association, de sa mission depuis sa fondation, de notre passion pour que les traces de la fête éphémère qu’est le Théâtre perdurent.

Le Bossu de Paul Féval
Le Bossu de Paul Féval, adaptation d'Anicet Bourgeois
Mise en scène de Jacques Dacqmine - Les Nuits de Bendor 1956
Robert Manuel, Jacques Dacqmine et Roger Saget

(photo DR)
Collections A.R.T. / fonds Brauner

Et c’est ainsi que qu’avec générosité, Brigitte fit don à l’A.R.T. de ce fonds précieux, en mémoire de son mari, en référence à leur amour commun pour les acteurs, et en souhaitant que ces souvenirs d’une des plus belles périodes du théâtre en France, soient, à la B.H.V.P., accessibles au public, aux chercheurs ou aux simples amateurs.

Compagnie Renaud-Barrault Théâtre Marigny 1948
Compagnie Renaud-Barrault
Théâtre Marigny 1948

Collections A.R.T. / fonds Brauner

C’est grâce à eux que nous avons des affiches, que depuis nous avons fait entoiler, superbes et signées Jacno de la grande époque du TNP, d’autres datant de l’épopée de la compagnie Renaud-Barrault au Théâtre Marigny. C’est à elle que nous devons les masques de la Compagnie Jean-Louis Barrault créés tant pour l’ Orestie, que pour Les Sept contre Thèbes.

Danielle Mathieu-Bouillon

"Orestie"
Orestie - Compagnie Renault-Barraut
Collections A.R.T. / fonds Brauner

Compagnie Renault-Barrault
Sept contre Thèbes - Compagnie Renault-Barraut
Collections A.R.T. / fonds Brauner

Depuis un an, Brigitte Brauner a rejoint nos rangs au sein de l’association et participe activement à nos travaux. C’est ainsi que j’ai eu récemment connaissance de sa conférence du 27 Septembre 2011, au Centre Culturel Tchèque, Rue Bonaparte à Paris. Organisée dans le cadre des relations culturelles Franco-Tchèques, cette conférence rendait hommage à Zdenka Braunerova (1858-1934), tante de son mari, femme au destin si attachant que je lui ai demandé d’accepter de publier le texte de cette intervention sur le site de l’A.R.T.

Certes, il ne s’agit pas directement de théâtre, mais l’artiste en question, a été en relation à Paris comme à Prague, avec de grands noms des arts et de la littérature, Paul Claudel en particulier, dont elle fut l’illustratrice et la décoratrice pour L’Annonce faite à Marie, donnée à Prague, en Février 1914. De façon très singulière, sa vie met en évidence un féminisme élégamment ardent, affiché, à une époque où bien des femmes artistes françaises avaient du mal à s’imposer. Alors que la francophilie est un ferment de progrès intellectuel pour toute l’Europe Centrale, nous entrons, avec cette figure des relations Franco-Tchèques, dans un monde dominé par le foisonnement des tendances artistiques, la vigueur des idées de liberté, la mobilité, l’esprit de curiosité et le goût du risque. Il est bon de le redécouvrir maintenant alors qu’Européens de fait, nous nous cherchons encore.

Danielle Mathieu-Bouillon
Présidente de l’A.R.T.

 

haut de page

comedia