retour aux textes thématiques de l' Association de la Régie Théâtrale

 

Les mises en scène lyriques
(A.R.T.-BHVP)
de Michela Niccolai
musicologue

michela nicolaï

Si je cherchais un mot pour définir Michela Niccolai, je dirais : Trésor

Si je cherchais un qualificatif pour la préciser, je dirais : transversale, comme son intelligence

Si je cherchais un mot pour dire quelle femme elle est : je dirais, en italien : amore.

J’ajouterais, percutante, indépendante, avec le sens de l’équipe, courageuse avec son étymologie de cœur.

Michela Niccolai est une grande musicologue ; connaissant les richesses du fonds de l’Association de la Régie Théâtrale en matière d’opéra, elle demanda à la Fondation Bru Zane de Venise de la mandater, en lui octroyant une bourse, pour faire le catalogue des mises en scène lyriques. Emmanuelle Toulet, toujours très ouverte envers ce type d’action, donna son accord et la Fondation passa par nous pour régler l’opération.

Pendant trois ans, Michela a travaillé en petite fourmi, en petite abeille, rapprochant les documents, en identifiant de nombreux, en en découvrant d’autres qui avaient échappé aux cribles antérieur et elle en a fait son miel.

Chemin faisant, j’ai découvert quelle femme extraordinaire elle était et l’amour absolu et total qu’elle portait à l’art lyrique bien sur, mais à tout. Car c’est une passionnée. Très modeste comme tous ceux qui ont beaucoup appris et qui ont obtenu des reconnaissances internationales, elle s’immerge, se fond, s’unit avec la musique. Quel bonheur est le nôtre, quand travaillant ensemble en compagnie d’Annik Caubert, nous chantons le répertoire.

Ce n’est qu’à l’occasion d’une émission de radio en anglais pour la BBC que j’ai appris qu’elle était aussi une grande spécialiste d’Erik Satie, en découvrant l’admirable livre catalogue qu’elle avait produit pour l’exposition de Tokyo. Nous venons de recevoir son magnifique ouvrage sur Pélleas et Mélisande et la mise en scène d’Albert Carré, encore une merveille.

Merci Michela d’être, en plus devenue notre amie, de nous avoir rejoints au sein de l’A.R.T.

Nous en sommes si heureux et si fiers.

Danielle Mathieu-Bouillon
Présidente

La Jacquerie de Lalo et Coquard sur scène (Lyon, Grand Théâtre, 1895, et Paris, Opéra Comique, 1895)

Louise de Gustave Charpentier sur la scène de l’Opéra-Comique (2 février 1900)

Les deux Manon de Jules Massenet (Paris, Opéra-Comique, 1884 et 1898)

Une Traviata de Verdi Second Empire signée par Albert Carré (Paris, Opéra-Comique,1903)

haut de page

comedia